135 ans en arrière, Robert Louis Stevenson s'arrêtait à Pradelles qui se situe sur le GR 70 . Il débute son périple le 22 septembre 1878 du Monastier sur Gazeille et rejoint Saint-Jean-du-Gard en 12 jours en traversant Le Velay, le Gévaudan, le Mont Lozère et les Cévennes. Son journal de route sera publié en 1879 sous le titre de Voyage avec un âne dans les Cévennes .


Cependant n'oublions pas qu'entre 1764 et 1767, le Gévaudan est terrorisé par une bête mystérieuse qui égorge les enfants, les femmes et les vieillards. Cette bête est restée un mythe très puissant dans la mémoire des gens. Certains prédisent à Stevenson de ne jamais arriver au bout de son aventure sur le GR 70 . Ils lui prédisent maintes aventures même les plus grotesques, jusqu'à envisager de le savoir mort brutalement la nuit quelque part sur son chemin  . Effectivement, Stevenson doit passer par Langogne pour rejoindre Saint Jean du Gard, et c'est de là que pour la première fois, la bête du Gévaudan fait son apparition. 

Sur les traces de la bête du Gévaudan
Sur les traces de la bête du Gévaudan

Mais rien n'arrête R.L.Stevenson, il n'y croit pas et sera debout à 5 h du matin, fin prêt pour sa longue randonnée de 220 km en compagnie de son ânesse Modestine. Cette dernière lui donnera bien du fil à retordre pour le harnachement. Leur amitié ne débutera pas le premier jour, Modestine n'en fait qu'à sa tête. Elle s'exprime sous un caractère bien trempé en arrivant à lui saborder le début de son voyage jusqu'au Bouchet Saint Nicolas. 

Par la suite, tous deux devront tenter de conquérir l'estime de l'autre, pour rendre ce voyage plus agréable. De là, naitra , une grande complicité pleine d'affection et d'attention.Le 22 septembre 1878, il dort au Bouchet Saint Nicolas . Dans son livre il dira qu'une truie servait d'aspirateur sous la table. Cette ancienne auberge existe encore de nos jours, mais elle est devenue la maison d'un particulier. Puis le 23 septembre 1878 , il s'arrête à l'auberge de la mère Cadenette sur Pradelles. Stevenson dépêchera son goûter et résistera au désir de l'aubergiste qui l'incitait vivement à visiter notre dame de Pradelles. Cette dernière semblait accomplir beaucoup de miracles, bien qu'elle fût en bois. Mais les croyances de Stevenson font qu'il n'en éprouve pas le besoin et passera sa route en direction de Langogne pour dormir à la belle étoile en compagnie de Modestine.

chemin ou GR 70 de R.L.Stevenson
chemin ou GR 70 de R.L.Stevenson
  • Le Puy-en-Velay / Le Monastier-sur-Gazeille : 19 km
  • Le Monastier-sur-Gazeille / Le Bouchet-St-Nicolas : 22 km
  • Le Bouchet-St-Nicolas / Pradelles : 19,5 km
  • Pradelles / Langogne : 5,5 km
  • Langogne / Fouzilhac : 13,5 km
  • Fouzilhac / Le Cheylard-l'Évêque : 2,5 km
  • Le Cheylard-l'Évêque / Luc : 12 km
  • Luc / La Bastide-PuyLaurent : 7 km
  • La Bastide-PuyLaurent / Chasseradès : 12 km
  • Chasseradès / Mirandol : 1km
  • Mirandol / Les Alpiers : 14 km
  • Les Alpiers / Le Bleymard : 2 km
  • Le Bleymard / Station du mont-Lozère : 5 km
  • Station du mont-Lozère / Finiels : 8 km
  • Finiels / Le Pont-de-Montvert : 5 km
  • Le Pont-de-Montvert / Bédouès : 23 km
  • Bédouès / Florac : 5 km

Arte en reportage en Haute-Loire sur le Chemin de Stevenson

Le reportage, d'une durée totale de 45 minutes, mettra en avant le patrimoine du département : la vieille ville du Puy-en-Velay, sa cathédrale, les villages du Monastier-sur-Gazeille, Goudet, Pradelles et les paysages grandioses traversés. Le film traitera également des attraits culturels et historiques et réalisera des portraits des personnages emblématiques locaux liés au Chemin. La diffusion sur les chaînes d'Arte en Europe (France, Allemagne, Belgique et Suisse) de ce reportage devrait assurer une belle promotion du Chemin de Stevenson et de la Haute-Loire.